{{r.fundCode}} {{r.fundName}} {{r.series}} {{r.assetClass}}

Vous visitez le site internet Canadien. Vous pouvez changer la région du site ici.

Conditions d’utilisation pour le Canada

Par  Laurence Bensafi 18 juin 2020

Au cours du trimestre, les marchés financiers ont été aux prises avec une volatilité considérable, car le monde a été confronté à la pire crise économique depuis la Grande Dépression. L’indice MSCI Marchés émergents a reculé de 6,9 % en dollars américains au cours de la période de trois mois terminée le 31 mai 2020, et de 16,0 % depuis le début de l’année. Les gouvernements mettent l’accent sur le redémarrage de l’économie et les marchés boursiers ont rebondi au cours des dernières semaines, car les investisseurs tiennent à ne pas rater la reprise économique lorsqu’elle se produira.

Les reculs des marchés boursiers émergents subis cette année depuis le début de mars ont été plus marqués que lors des crises précédentes. Depuis le début de la reprise, les actions des marchés émergents sont à la traîne des actions américaines, car de grands pays comme le Brésil et l’Inde accusent un retard dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Ces deux pays, où le nombre éventuel de décès est incertain, pourraient connaître une crise humanitaire ainsi qu’une profonde récession dont les effets se feront sentir longtemps. Signalons que, dans l’ensemble, les marchés émergents deviennent moins chers, mais le flou entourant les répercussions du virus dans de nombreux pays nous incite à la prudence. Cela dit, le recul considérable depuis la fin de 2019 est susceptible de limiter de futures baisses. En outre, nous ne croyons pas que le marché renouera avec le creux atteint en mars, à moins d’une forte détérioration de la situation.

Fourchette d’équilibre, indice Marchés émergents

Valorisations et bénéfices normalisés

Fourchette d’équilibre, indice Marchés émergents

Nota : Les estimations de la juste valeur sont présentées à titre indicatif seulement. Des corrections sont toujours possibles et les valorisations ne limiteront pas le risque de dommages résultant de chocs systémiques. Il est impossible d’investir directement dans un indice non géré. Source : RBC GMA

L’effondrement des prévisions de bénéfices témoigne du repli du marché. Les prévisions de bénéfices des sociétés de l’indice des marchés émergents en 2020 ont dégringolé. Selon JPMorgan, une baisse de 10,3 % du bénéfice par action était prévue à la fin de mai, comparativement à une hausse de 16 % au début de mars.

Il est à craindre que le marché boursier américain ne subisse une importante correction si les effets négatifs de la COVID-19 ne sont pas contrés comme il se doit. Or, un scénario défavorable aux États-Unis pourrait se traduire par de piètres rendements des marchés émergents, compte tenu de la corrélation étroite entre les marchés. Il est donc important que l’économie américaine redémarre aussi vite que possible pour éviter une dépression prolongée qui aurait des répercussions dévastatrices sur les actions mondiales. La désignation de Joe Biden comme candidat démocrate à l’élection de novembre aux États-Unis est une bonne nouvelle pour les marchés boursiers. En effet, les investisseurs sont d’avis que M. Biden est davantage favorable au marché que son principal rival, le socialiste démocrate Bernie Sanders.

Notre pessimisme à l’égard des actions s’est atténué à la fin de mars, en partie du fait que le ratio cours/valeur comptable de l’indice des marchés émergents a fléchi à 1,3. Au cours des 25 dernières années, ce ratio d’évaluation est passé à trois reprises au-dessous de ce seuil et, chaque fois, ce recul a été suivi d’une forte remontée. Le premier cas s’est produit pendant la crise financière asiatique de 1998-1999 et la bulle technologique, le deuxième, durant la crise financière de 2008-2009, et le troisième, lors du repli des marchés causé par la réduction de l’assouplissement quantitatif en 2016. Chaque fois, les marchés boursiers émergents ont rebondi, avançant en moyenne de 50 % au cours des 12 mois suivants. Rien ne permet d’affirmer que les actions ne reculeront pas encore, mais selon nous, le marché est peu cher en ce moment et pourrait se redresser fortement d’ici un an.

D’importantes divergences persistent entre les ratios cours/valeur comptable des différents marchés émergents. Dans la plupart des cas, ces ratios sont moins élevés qu’en 2016, à la suite de la réduction de l’assouplissement quantitatif, mais plus élevés qu’en 2009, dans la foulée de la crise financière mondiale. Les deux exceptions positives notables sont la Chine et Taïwan, qui représentent respectivement 40 % et 13 % de l’indice. Ces deux pays ont une longueur d’avance sur les autres grands pays émergents en ce qui concerne la lutte contre la pandémie ; ils tirent aussi parti de la baisse des prix du pétrole. Malgré le plongeon de 47 % de son marché boursier depuis le début de l’année, le Brésil présente une valorisation relativement élevée parce que le pays a fait belle figure au cours des 18 mois qui ont suivi l’élection du président réformiste Jair Bolsonaro. Les marchés boursiers du Mexique, de la Turquie, de la Corée du Sud, de la Colombie et du Chili n’ont jamais été aussi peu chers et ont mené la remontée.

Au cours du trimestre, les monnaies de certains pays émergents se sont considérablement dépréciées face au dollar américain, qui fait office de valeur refuge, alors que nous prévoyions un recul du billet vert. Le réal brésilien et le rand d’Afrique du Sud se sont dépréciés de plus de 20 % et sont désormais sensiblement sous-évalués. Ces deux monnaies devraient s’apprécier lorsque la situation se stabilisera. Nous tablons sur un recul du dollar américain par rapport à son niveau actuel, ce qui favoriserait les marchés boursiers émergents.

La baisse des prix du pétrole favorise les marchés émergents dans leur ensemble, car bon nombre de grands pays sont des importateurs nets. En revanche, une faiblesse persistante des prix aurait des effets néfastes, car elle laisserait entrevoir une longue récession. Le prix du pétrole est remonté au-dessus de la barre des 30 $ US le baril, ce qui témoigne de l’appétit pour le risque sur les marchés.

En résumé, les marchés émergents ont été devancés par les marchés développés lors de la récente remontée, en partie du fait que certains pays sont jugés en retard dans leurs efforts pour faire face aux répercussions du coronavirus. Une autre raison réside dans la tiédeur de la reprise, comme en témoigne le style dominant au cours de la remontée. Nous nous attendions à ce que les actions de valeur se comportent bien durant le redressement. Or, les actions de croissance ont tenu le haut du pavé, ce qui donne à penser que les investisseurs revenus sur le marché, craignant un nouveau repli, ont privilégié les titres peu risqués de sociétés à forte croissance.

Selon nous, les actions demeurent sous-évaluées, même après leur forte reprise. De plus, nous nous attendons à ce que les actions des marchés émergents génèrent, dans l’ensemble, des rendements supérieurs au cours des prochains mois, à condition que le nombre de cas de COVID-19 ne reparte pas à la hausse. À court terme, les marchés continueront toutefois de fluctuer au rythme des bonnes et des mauvaises nouvelles. Pour que la reprise soit durable, le marché devra être convaincu que le pire est passé.

Pour d’autres perspectives tirées de Regard sur les placements mondiaux, cliquez ici.

Déclarations

Ce rapport a été fourni par RBC Gestion mondiale d’actifs (RBC GMA) à titre informatif seulement et ne peut être reproduit, distribué ou publié sans le consentement écrit de RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. (RBC GMA Inc.). Au Canada, ce rapport est fourni par RBC GMA Inc. (dont Phillips, Hager & North gestion de placements). Aux États-Unis, ce rapport est fourni par RBC Global Asset Management (U.S.) Inc., un conseiller en placement agréé par le gouvernement fédéral. En Europe, ce rapport est fourni par RBC Global Asset Management (UK) Limited, qui est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni. En Asie, ce document est fourni par RBC Global Asset Management (Asia) Limited aux investisseurs professionnels et institutionnels et aux grossistes. Il ne vise pas les investisseurs du secteur détail. RBC Global Asset Management (Asia) Limited est inscrite auprès de la Securities and Futures Commission (SFC) de Hong Kong. Tous les fonds ou stratégies mentionnés dans ce document ne sont pas enregistrés à Hong Kong, en Chine, à Singapour, en Corée ou à Taïwan et ne doivent pas y être vendus, émis ou offerts. Ce document ne vise aucunement à commercialiser, à offrir, à émettre ou à vendre ces fonds ou ces stratégies dans ces pays. RBC GMA est la division de gestion d’actifs de Banque Royale du Canada (RBC) qui regroupe RBC GMA Inc., RBC Global Asset Management (U.S.) Inc., RBC Global Asset Management (UK) Limited, RBC Global Asset Management (Asia) Limited, et BlueBay Asset Management LLP, qui sont des filiales distinctes mais affiliées de RBC.

Ce rapport n’a pas été revu par une autorité en valeurs mobilières ou toute autre autorité de réglementation et n’est inscrit auprès d’aucune d’entre elles. Il peut, selon le cas, être distribué par les entités susmentionnées dans leur territoire respectif. Vous trouverez des précisions sur RBC GMA au www.rbcgam.com.

Le présent rapport n’a pas pour objectif de fournir des conseils juridiques, comptables, fiscaux, financiers, liés aux placements ou autres, et ne doit pas servir de fondement à de tels conseils. Le processus de placement décrit dans ce rapport peut changer avec le temps. Les caractéristiques mises de l’avant dans ce rapport visent à dresser un portrait général des critères utilisés dans la sélection des titres détenus dans les portefeuilles des clients. Les placements des portefeuilles des clients ne satisferont pas toujours tous ces critères. RBC GMA prend des mesures raisonnables pour fournir des renseignements à jour, exacts et fiables, et croit qu’ils le sont au moment de leur impression. RBC GMA se réserve le droit, à tout moment et sans préavis, de corriger ou de modifier les renseignements, ou de cesser de les publier.

Tout renseignement prospectif sur les placements ou l’économie contenu dans le présent rapport a été obtenu par RBC GMA auprès de plusieurs sources. Les renseignements obtenus de tiers sont jugés fiables, mais ni RBC GMA, ni ses sociétés affiliées, ni aucune autre personne n’en garantissent explicitement ou implicitement l’exactitude, l’intégralité ou la pertinence. RBC GMA et ses sociétés affiliées n’assument aucune responsabilité à l’égard des erreurs ou des omissions.

Les opinions et les estimations que renferme le présent rapport représentent le jugement de RBC GMA à la date indiquée et peuvent être modifiées sans préavis ; elles sont fournies de bonne foi, mais sans responsabilité légale. Les taux d’intérêt et les conditions du marché peuvent changer. Les rendements sont estimés à des fins d’illustration seulement et ne constituent en aucun cas des prévisions. Le rendement peut être supérieur ou inférieur à celui indiqué, et peut varier considérablement à plus court terme. Il est impossible d’investir directement dans un indice non géré. Note sur les énoncés prospectifs

Le présent rapport peut contenir des déclarations prospectives au sujet des rendements futurs, stratégies ou perspectives, ainsi que sur les mesures qui pourraient être prises. L’emploi des modes conditionnel ou futur et des termes « pouvoir », « se pouvoir », « devoir », « s’attendre à », « soupçonner », « prévoir », « croire », « planifier », « anticiper », « évaluer », « avoir l’intention de », « objectif » ou d’expressions similaires permet de repérer les déclarations prospectives. Les déclarations prospectives ne garantissent pas le rendement futur. Les déclarations prospectives comportent des incertitudes et des risques inhérents quant aux facteurs économiques généraux, de sorte qu’il se peut que les prédictions, les prévisions, les projections et les autres déclarations prospectives ne se réalisent pas. Nous vous recommandons de ne pas vous fier indûment à ces déclarations, puisqu’un certain nombre de facteurs importants pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent considérablement de ceux qui sont mentionnés, explicitement ou implicitement, dans les déclarations prospectives. Ces facteurs comprennent notamment les facteurs généraux d’ordre économique et politique ou liés au marché du Canada, des États-Unis et du monde entier, les taux d’intérêt et les taux de change, les marchés mondiaux des actions et des capitaux, la concurrence, les évolutions technologiques, les changements législatifs et réglementaires, les décisions judiciaires et administratives, les actions en justice et les catastrophes. La liste de facteurs essentiels cidessus, qui peut avoir une incidence sur les résultats futurs, n’est pas exhaustive. Avant de prendre une décision de placement, nous vous invitons à prendre en compte attentivement ces facteurs et les autres facteurs pertinents. Toutes les opinions contenues dans les déclarations prospectives peuvent être modifiées sans préavis et sont fournies de bonne foi, mais sans responsabilité légale.
Date de publication : 15 juin 2020